Traductions de cette page?:

Outils pour utilisateurs

Outils du site


livres:article_-_se_former_au_numerique_avec_des_livres





#Article : « Se former au numérique : avec des livres ? »

Source : Old book bindings at the Merton College library - WikiMedia - Tom Murphy VII - Wikimédia


Aujourd’hui, et plus encore depuis la crise du Covid-19, nos vies font face à l’envahissement généralisé par les outils numériques. Un fait que l’école et les enseignants ne peuvent plus feindre d’ignorer… Ce serait comme s’obstiner à éclairer les classes à la bougie alors que l’électricité s’est répandue dans nos villes et villages depuis des lustres… Alors certes oui, au fil des plans d’équipement, appels à projets et autres initiatives visant à « faire entrer le numérique » à l’école, une part croissante des enseignants s’approprient les outils, tant matériels, que logiciels, dont de multiples plate-formes web

Mais j’ai le sentiment que ce sont trop souvent les aspects « superficiels » de la technique qui sont mis en avant par les techno-pédagogues et autres accompagnateurs des enseignants dans cette « marche forcée » vers le numérique à l’école. Et les enjeux de fond, ceux qui façonnent la société de demain pour laquelle l’école est censée former les jeunes qui la fréquente, semblent relégués au plus profond que possible sous la surface clinquante d’un numérique « magique » qui apporterait des réponses à tous les problèmes présents et futurs. Il faut reconnaître aussi que le caractère « immatériel » et « virtuel » du numérique et de l’Internet, dans le « nuage » [cloud], renforce dramatiquement cette tendance à (en)fuir les questions plus fondamentales !…

Et pourtant… Considérons maintenant la « littératie numérique » dans une acception très globale du terme : l’ensemble des compétences, savoirs et savoirs faire, nécessaires afin que tout individu aie la capacité à participer à une société qui utilise les technologies de communication numériques dans tous ses domaines d’activité, tout en comprenant les tenants et aboutissants afin d’être en capacité de faire des choix raisonnés quant aux outils et technologies qu’il décide d’utiliser, ou pas. Sous cet angle, il me semble urgent et primordial que l’école s’empare sans délai de cette « littératie numérique » et en fasse une priorité de l’agenda pédagogique.

Pourquoi l’école ?

Car si ce ne sont pas les enseignants qui « s’y colle », aujourd’hui, il n’y a tout simplement personne qui le ferra !… L’écrasante majorité des parents des enfants et des jeunes qui fréquentent actuellement nos écoles, n’ayant jamais été formée au numérique et à ses enjeux sociétaux, pas plus que les enseignants d’ailleurs… Et c’est bien là le problème : il faut d’urgence que des dizaines de milliers d’instituteurs et professeurs qui enseignent dans les classes en Fédération Wallonie-Bruxelles, tous niveaux confondus, se forme à la « littératie numérique » !

Comment faire pour former rapidement autant d’enseignants ?

Si on peut et doit très certainement mettre en place des programmes de formations qui touchent systématiquement tous les enseignants, il faut se rendre à l’évidence que, non, la formation continuée ne parviendra pas à résoudre cette « quadrature du cercle »… Et pourtant l’urgence est là, car avec l’introduction actuelle des outils numériques à l’école, c’est un peu comme si on avait distribué de puissant véhicules à des marcheurs invétérés, en leur expliquant juste le fonctionnement de la clé de contact et de l’accélérateur, puis en leur donnant comme unique consigne : « vas-y, fonce ! »… Sans même prendre le temps d’évoquer les subtilités du maniement du volant et en éludant totalement l’existence du frein ! L’étonnement ne sera d’aucun secours quand surviendront les « problèmes », sans même parler d’accidents…

Il existe pourtant un très ancien et traditionnel moyen de s’informer et se former. Et ce moyen « classique » est encore très usité dans les classes. Il s’agit des livres ! Les livres sont à la portée de tous les enseignants et, j’en fais le pari, ils sont capables de s’auto-former par le biais de lectures qu’ils compléteront par un processus d’échanges et de discussions au travers de « concertations » entre collègues. C’est d’ailleurs une excellente occasion de mettre en pratique le travail collaboratif qui est par ailleurs vivement souhaité par le Pacte d’Excellence et la mise œuvre de diverses réformes telles les « plans de pilotage » en cours d’élaboration dans les écoles…

À l’instar de programmes comme « Silence, On Lit ! », qui sont tout bénéfice pour l’apprentissage de la lecture, lire et partager sur les lectures de livres qui traitent de divers sujets en relation avec la « littératie numérique », qu’elle soit proche ou plus lointaine, ne peut que se faire au bénéfice des enseignants eux-mêmes dans un premier temps, des enfants et des jeunes qu’ils encadrent dans un second temps1). Pour autant bien entendu qu’ils s’approprient les sujets qu’ils découvrent et les déclinent ensuite, après l’indispensable structuration pédagogique, sous forme d’apprentissages qu’ils dispenseront à leurs élèves.

C’est à mon sens une des voies principales à suivre vers laquelle se tourner pour répondre à ce défi gigantesque de la formation au numérique et à ses enjeux sociétaux. C’est pourquoi nous avons commencé à lister une série d’ouvrages divers qui nous semblent pertinents et peuvent constituer un point de départ pour cette indispensable formation des enseignants à la « littératie numérique ».

Erick Mascart – Article rédigé fin août 2020

Crédit image : Old book bindings at the Merton College library - WikiMedia - Tom Murphy VII



Pages dans la catégorie :

1)
Et je pense même que les enfants du fondamental deviendront à leur tour un vecteur de formation auprès de leurs parents.
Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
/var/www/alternc/e/educode/www/educode.be/dokuwiki/data/pages/livres/article_-_se_former_au_numerique_avec_des_livres.txt · Dernière modification: 2021/05/14 17:31 (modification externe)